Les maladies cardio-vasculaires sont à l’origine du quart des décès enregistrés dans le monde et représentent la première cause de décès prématurés de l’adulte.

L’Hypertension Artérielle (HTA) est l’un des principaux déterminants de ces maladies cardiovasculaires. Elle constitue un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement.

Au Maroc, l’HTA constitue l’un des principaux motifs de consultation dans les services sanitaires ambulatoires.
La prévalence de l’HTA est de 25 à 40 % selon le pays et la population considérée.

Au Maroc, les résultats de l’enquête prospective réalisée en 2000 par le Ministère de la Santé ont donné une prévalence globale de l’HTA de 33,6% chez la population de plus de 20ans. On retrouve à peu près le même taux dans les pays arabes et du pourtour de la Méditerranée.

La prévalence de l’HTA augmente significativement avec l’âge. Elle est de 53,8% chez les personnes âgées de plus de 40 ans et de 72,2% chez les 65 ans et plus.
Il faut savoir aussi que le coût de prise en charge des maladies cardiovasculaires en pratique de santé publique est très élevé, d’où l’intérêt d’une prise en charge diagnostique et thérapeutique optimisée et des mesures de prévention par la lutte contre les facteurs de risque de la maladie.

Dans ce sens, et afin d’améliorer la prise en charge des patients, un référentiel médical de bonnes pratiques de prise en charge de l'HTA a été élaboré par une commission de médecins spécialistes marocains est mis à la disposition de l’ensemble des professionnels de  la santé.
 
1. C’est quoi l’HTA ?

Les organismes scientifiques définissent l’hypertension artérielle par des mesures de la Tension artérielle (TA) qui donnent des chiffres au-delà de 140 mmHg pour la TA systolique et de 90 mmHg pour la TA diastolique.

En principe la tension artérielle est optimale quand la mesure donne des chiffres inférieurs à 120/80mmHg.

Elle est normale quand elle est de 120 à 129/80 à 84mmHg. Elle est considérée normale haute quand la mesure donne des chiffres de 130 à 139/85 à 89mmHg.

2. Quels sont les facteurs de risque de l’HTA?
 
Bien que le facteur héréditaire de l’âge, du sexe et de l’hérédité sont souvent associés au risque de développer une HTA, il existe  d’autres facteurs liés aux comportements de l’individu et qui induisent de manière notable l’apparition d’une HTA, il s’agit surtout de  la sédentarité, du tabagisme, de l’alcoolisme.

Il faut dire aussi que le diabète est souvent associé à l’HTA :
13.9% des hypertendus sont diabétiques et 65.5% des diabétiques sont hypertendus.

Les personnes soufrant d’obésité, c’est-à-dire qu’ils présentent un indice de masse corporelle (IMC) supérieure à 30, ont une HTA dans 58,1% des cas. De même, juste en cas d’excès pondéral (IMC entre 25 et 29) une HTA est retrouvée chez 50,8% des sujets.

Chez la femme, la contraception orale augmente également le risque cardiovasculaire.

Pendant la grossesse, il y a un risque maternel et fœtal lié à l’apparition d’une hypertension artérielle qu’il faut surveiller de prés à l’occasion des consultations prénatales.

3. La mesure et l’auto-mesure de la tension artérielle ?

La mesure de la tension artérielle est une étape importante du diagnostic de l’HTA, et c’est est en fonction des chiffres recueillis que le médecin décide ou non si le sujet est hypertendu et s’il est nécessaire de faire un bilan et de prescrire un traitement.

C’est pourquoi la mesure doit être effectuée en respectant des critères rigoureux.

L’appareil de mesure de la TA (tensiomètre) doit être fiable, le brassard adapté à la taille du bras.
 
Avant de prendre la mesure de la TA, le patient doit être en position assise (de préférence) ou allongée, mis au repos depuis au moins 5 à 10 minutes, sans avoir fumé ni pris d’excitants (caféine, thé, boissons énergétiques ou autres).
Le médecin effectue plusieurs mesures et retient la moyenne des deux ou trois dernières. Ces prises de TA seront répétées au cours de quelques consultations espacées, avant de poser le diagnostic finale d’hypertension artérielle.
Il existe l’HTA ‘‘blouse blanche’’ où le médecin trouve des chiffres de TA élevés au cabinet  médical et des chiffres normaux chez le même patient en dehors du cabinet.
Lorsque le diagnostic de l’HTA est posé par le médecin, la prise en charge des patients est effectuée par les  professionnels de la santé et particulièrement le médecin généraliste.

Une fois le diagnostic est effectué par le médecin, le patient peut se procurer un appareil  d’auto-mesure qui lui permet de suivre ses chiffres de TA et de l’impliquer dans le suivi du traitement.

Cette auto-mesure de la tension artérielle donne  des renseignements voisins, tant au niveau diagnostique que pronostique, lorsqu’elle respecte les consignes énoncées par le fabricant. Elle a aussi l’avantage d’être moins coûteuse.
 
4. Prise en charge thérapeutique

Le traitement de l’HTA peut être basé uniquement sur des conseils de régime alimentaire ou comporter des médicaments.

La prise en charge non médicamenteuse a pour but de contrôler l’excès de poids, le diabète, la dyslipidémie, de supprimer ou de diminuer l’intoxication tabagique ou alcoolique et de stimuler une activité physique régulière ou la pratique du sport chaque fois que possible.

La diminution de l’apport sodé est un élément important de l’approche hygiéno-diététique, sans le supprimer complètement.
 
5. L’HTA peut être une urgence ! 

Quand elle est très élevée ou  associée à une atteinte aigue au niveau des organes dits nobles : les reins, le cœur, le cerveau. Ces situations cliniques sont rares (1% des patients hypertendus).

L’urgence hypertensive peut mettre en jeu le pronostic vital. Ce qui justifie un diagnostic précoce de ces urgences et une prise en charge rapide en milieu de soins adéquat.

En somme, une prise en charge thérapeutique bien faite permet d’éviter deux accidents cérébraux sur trois et un accident coronarien sur trois.

Le traitement adapté retarde aussi l’apparition d’une insuffisance rénale ou la survenue d’un diabète. De même qu’il améliore la qualité de vie des patients.
 
Questions/ réponses sur l’HTA
 
1. Quels sont les symptômes de l’HTA ?
 
L’HTA peut se manifester par les symptômes suivants :

 Céphalées répétées au niveau de la région occipitale.
 Bourdonnements d’oreilles.
 Vertiges.
 Dyspnée à l’effort et difficulté à respirer.
 Douleur thoracique et accélération du battement cardiaque.
 Evanouissement.
 
2. Quels sont les complications de l’HTA ?

La négligence de lʼHTA peut causer des complications multiples.

 Lʼinsuffisance cardiaque.
 L’infarctus de myocarde.
 Des accidents vasculaires cérébraux.
 L’insuffisance rénale.
 Une baisse de l’acuité visuelle qui peut entrainer la cécité.
 
3. Quel traitement pour  de l’HTA ?

LʼHTA est une maladie chronique qui nécessite un traitement au long- cours.
Le traitement est efficace et prévient les complications, il est basé essentiellement sur la prise régulière des médicaments, la surveillance régulière de la TA, le respect des règles diététiques et un exercice physique adapté et régulier.
________________________________________